Partager

Le président national du parti politique Parti Libéral pour le Développement (PLD), Jean-Paul Lumbulumbu a présenté, ce samedi 18 février, son plan de sortie de la crise RDC-Rwanda. Ce plan s’articule sur quatre volets : politique, judiciaire, diplomatique et sécuritaire.
Jean-Paul Lumbulumbu a exposé ce plan de sortie de crise RDC-Rwanda au cours d’une conférence de presse tenue au siège du PLD situé au quartier Murara (en commune de Karisimbi ).

D’après lui, cette crise qui est à la fois, géopolitique, géostratégique et surtout une guerre de la concrétisation de la Balkanisation de la RDC, nécessite une mobilisation tous azimuts de la population congolaise en lui livrant la vraie information afin qu’elle se dresse pour barrer la route à cette balkanisation.
De ce fait, Jean-Paul Lumbulumbu pense que le gouvernement devrait, d’une part, solliciter et obtenir l’engagement des Etats-Unis, sur le plan diplomatique.

« Sur le plan diplomatique, il n’y a qu’une seule solution, à l’Etat congolais de solliciter et obtenir l’implication directe et sincère des Etats unis d’Amérique. La loi Leahy qui est l’obstacle de l’implication militaire américaine, cette loi interdit à l’Etat Américain de collaborer militairement avec un pays dont les militaires sont condamnés pour violation des droits de l’homme et autres atrocités. Aussi longtemps que ces généraux qui sont moins de dix à ce jour sont dans leur poste de commandement, nous n’aurons jamais l’aide militaire américaine directement », a-t-il expliqué.
D’autre part, Kinshasa devrait réhabiliter, refonder, restructurer et nettoyer l’armée congolaise, a estimé le vice président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu :

« Sur le plan militaire, la solution militaire est uniquement et seulement l’armée congolaise. Mais cette armée congolaise exige l’introduction des facteurs correctifs, c’est-à-dire, il faudra enlever les infiltrés, je vous ai cité le cas Bosco Taganda, un général de l’armée congolaise, mais arrivé à la CPI,  il a dit qu’il était Rwandais. Les généraux qui sont dans cette catégorie-là, il faut les enlever. Les autres qui sont même des congolais d’origine, mais qui sont dans le détournement, qui démobilisent l’armée, il faut le nettoyer. Dans cette manière là, on aura une armée reconditionnée, requinquée ».

En outre Jean-Paul Lumbulumbu donne 10 propositions au président Félix Antoine Tshisekedi pour contrer la RDC du plan de balkanisation :

  1. Activer la diplomatie à tous les niveaux pour obtenir la condamnation du Rwanda comme agresseur de la RDC au sein au sein du conseil de sécurité de l’ONU, de l’Union Européenne et l’Union Africaine;
  2. D’ordonner le retrait de la force régionale de l’EAC dans les zones sous sa tutelle en faveur des FARDC , si non d’amorcer la procédure du retrait de la RDC au sein de l’EAC;
  3. De réactiver les opérations militaires dans la région de Beni , les camps des ADF\Nalu étant bien identifiés par les notables locaux ;
  4. Établir un quartier général à Goma pour encourager les FARDC ainsi que la résistance populaire contre la balkanisation et commander de prêt les opérations sur les fronts militaires ;
  5. Renforcer sur le plan logistique, moral et en effectif , les FARDC y compris le paiement d’une prime de guerre conséquente;
  6. Convoquer urgemment une Table Ronde en vue de l’évaluation de l’efficacité de l’État de Siège ;
  7. Réaménager le gouvernement central et mettre en place un « gouvernement de résistance »
  8. Prendre des mesures appropriés pour la protection de l’économie provinciale et des entités industrielles menacées de fermeture suite à l’occupation du M23\RDF;
  9. Accorder des allègements fiscaux aux opérateurs économiques victimes des effets de la guerre des ADF-Nalu et du M23\RDF par soit la suspension périodique de paiement de certains impôts et taxes soit une réduction périodique à 50% de leur paiement de certaines redevances ;
  10. Pacifier et sécuriser les territoires non occupés en approchant les groupes armés internes en vue de leur adhésion au programme DDRCS; a-t-on lis dans ce communiqué de presse dont la copie nous ait parvenue.
     Sur le plan juridique, il propose que la justice fasse des efforts pour traquer ceux qui sont présumés complices et auteurs d’atrocités des crimes à l’Est. Aussi que l’Etat congolais fasse des démarches au niveau des nations unies pour obtenir la création d’un tribunal pénal sur le Congo, pour que les victimes et l’Etat congolais soient dédommagés.
    La solution politique du PLD est de sensibiliser, de mobiliser, d’informer la population pour qu’elle se prenne en charge par des actions, des villes mortes, dans la musique, et bien d’autres pour s’approprier de cette lutte contre la “balkanisation”, car, ajoute-t-il, protéger un peuple, c’est lui donner la bonne information.

La population de Goma, dans le Nord-Kivu, a été appelée à s’enrôler massivement en vue des prochaines élections en RDC.

Josué Mutanava à Goma