Partager

La ville de Goma se réveille sous un silence ce matin, les activités tournent au ralenti à travers la ville, ceci fait suite à l’appel d’une marche pacifique organisée par la synergie des mouvements citoyens et groupes de pression pour exiger le départ de la force de l’EAC qui joue à la zone tampon entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du mouvement du 23 mars (M23), au lieu de l’offensive.

Le Maire policier de Goma, a à la veille, interdit cette marche, dans un communiqué publié ce mardi 17 janvier 2023, le Maire appelle les organisateurs de ladite marche à se constituer à un groupe de 3 ou 4 personnes pour déposer leurs mémorandum à la Mairie, au lieu de troubler l’ordre publique, avec une manifestation.

Dans ce même communiqué, le Maire rappelle que, toutes les manifestations sur la voie publique sont interdites pendant l’état de siège.

Déjà tôt le matin ce mercredi 18 janvier 2023, les Forces de l’ordre sont visibles dans tous les coins chaud de la ville de Goma, pour empêcher et étouffer cette marche interdite par l’autorité urbaine qui a évoqué les raisons de la situation exceptionnelle de l’état de siège, dans la quelle situation, la province se retrouve actuellement.

Entre-temps les organisateurs s’affrontent aux policiers dans quelques coins de la ville, le commandant de la police ville de Goma, le commissaire supérieur principal JOB est aussi visible sur terrain, pour essayer à engager des dispositions avec les manifestants, afin de les conscientiser.

Soulignons que, plusieurs parents d’élèves ont préféré garder leurs enfants à la maison le temps d’observer la suite de la température de la ville, plusieurs écoles n’ont pas ainsi fonctionné suite à cette situation.

Kelvin Lombo/Plume du Congo