Partager

Au moins dix-neuf personnes ont été tuées ce vendredi 21 octobre à Kilambo dans le groupement Nyamaboko 1èr, territoire de Masisi (Nord-Kivu).

Des sources locales accusent des combattants Nyatura d’être auteurs de ces meurtres.

C’est vendredi après-midi que ces personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été tuées à la machette par les combattants Nyatura, après des accrochages avec les combattants du groupe NDC Rénové.

Pour Lwambo Mupfuni président du conseil territoriale de la jeunesse de masiso, ces deux groupes qui s’affrontent aujourd’hui dans le Masisi avaient déjà déposé les armes et étaient cantonnés à Mubambiro près de Goma.

Par manque d’encadrement dans ce site, ils sont rentrés dans la brousse. 

A leur retour, les Nyatura ont trouvé leurs anciennes positions occupées par des combattants du NDR, réfractaires au désarmement.

C’est ce qui explique ces différents accrochages.  
« Si seulement le processus de désarmement avait été bien conduit, nous ne serions pas là à déplorer toutes ces victimes », regrette cet élu de Masisi.

Le conseil territorial de la jeunesse de Masisi demande le déploiement des militaires et policiers dans cette zone ainsi que l’accélération du processus de désarmement et démobilisation des miliciens.

Il réclame aussi une enquête afin d’identifier les auteurs de ces meurtres pour qu’ils répondent de leurs actes.
D’autres notables de ce territoire sollicitent l’implication du gouvernement dans cette situation pour éviter qu’on arrive aux tensions entre les communautés hunde et hutu dans cette partie de Masisi.

Lwambo Mupfuni rappelle que depuis le mois d’aout dernier, au moins quarante-deux personnes ont perdu la vie dans les accrochages entre les groupes Nyatura et NDR rénové. 

Josué Mutanava